Description d’un Phasme

 

Aller vers le tableau de classification

 

Insecte de forme  assez allongée, sauf quelques exceptions dont nous parlerons plus tard, cylindrique, c’est un insecte, donc son corps, malgré les apparences, se divise en trois parties : la tête, le thorax, et l’abdomen.

Il possède également trois paires de pattes.

Certaines espèces sont aptères (dépourvues d’ailes)

La tête comprend les antennes, les yeux, les pièces buccales broyeuses, à signaler qu’une tête d’insecte dont les mandibules sont proéminentes est dite : prognathe.

Un phasme n’a pas une bonne vue, il détecte les obstacles à l’aide de ses pattes antérieures, mais surtout à l’aide de ses fines antennes appelées antennes filiformes.

Le thorax, comme chez tous les insectes, est composé de trois parties :

Le prothorax, le mésothorax et le métathorax, et porte les trois paires de pattes et les deux paires d’ailes, ceci bien sûr dans le cas d’un phasme ailé, dit néoptère ou microptère, c’est à dire possédant des ailes réduites.

L’abdomen contient : l’appareil digestif, les organes de reproduction et respiratoires

Les orifices qui se situent à la surface de la cuticule (peau) et permettant la respiration s’appèlent : les stigmates.

 

Il existe plusieurs morphologies typiques chez les phasmes,

Le type bâton (stick insect en anglais), carausus, bacculum

Le type feuille, surtout les phyllies, mais aussi les Extatosoma

Le type massif, Acrophylla, et épineux, Heteropteryx, Eurycantha,

Ce qui implique que pour en assurer l’élevage correctement, il faut pouvoir adapter la taille des enceintes, en fonction de la morphologie de l’insecte et surtout de la quantité.

 

Les phasmes sont exclusivement phytophages, c’est à dire qu’ils ne consomment que des végétaux.

Lors de la mue, ils consomment également leur exuvie, phénomène très courant et souvent interprété comme du cannibalisme pour des observateurs novices.

Leur mode de reproduction est du type ovipare, certaines espèces n’étant composées que de femelles, celles ci pondent des oeufs qui donneront à leur tour des femelles, ce phénomène s’appelle : la parthénogenèse

Leurs moeurs sont plutôt nocturnes, mais il arrive que certaines espèces soient actives le jour.

Certaines grandes espèces, ont les pattes postérieures munies d’épines assez acérées et recourbées de manière à donner une trajectoire pénétrante dans la peau d’un quelconque gêneur.

C’est pour cela qu’il faut choisir les animaux que l’on voudra élever, non pas en fonction de la taille ou la beauté, mais surtout en fonction de ses aptitudes à réagir devant certaines situations.

D’autres espèces émettent un son audible, on dit qu’ils stridulent, particulièrement Eteropteryx dilatata  femelle qui, malgré sa taille imposante, est pourvue de petites ailes (microptère), en frottant celles ci l’une contre l’autre, arrive à produire un son dont le  but premier est d’éloigner les éventuels prédateurs.

Nous trouvons des phasmes en France, trois espèces sont présentes :

                               Bacillus rossius

                               Clonopsis gallica

                               Leptynia hispanica

 

 

a suivreuuuuuuuh